L'église gothique de 1520

C'est dans les premières années du seizième siècle, vers 1515, que fut édifiée l'église de Saint-Saphorin telle que nous la voyons se profiler aujourd'hui sur le ciel de Lavaux. Elle fut terminée en 1520 : telle est la date un peu effacée, gravée au-dessus de la grande porte d'entrée, que confirme la date gravée dans le bronze de la grosse cloche : 1521.

Le corps principal du bâtiment et la tour du clocher furent construits simultanément. Il y a quelque probabilité que le maître d’œuvre fut Jean Contou, de Genève, celui-là même qui construisit le nouveau grand portail de la cathédrale de Lausanne.

La hauteur de la tour des cloches et de 23 mètres à partir du niveau du sol de l'église. On a supposé qu'il était prévu de la couronner de tourelles ou échauguettes aux quatre angles, analogues à celles de l'église de St-Martin de Vevey. Mais les travaux de réparation du clocher, en 1979, ont montré que ce n'était pas le cas. En revanche, dans l'idée de constructeurs, une flèche devait terminer la tour. Les deux pans, à faible inclinaison, tels que nous les avons maintenant, était provisoire ; mais pour des raisons que l'in ignore, la flèche ne fut jamais construire. Personne ne s'en plaindra, car ainsi le faîte inachevé de ce clocher donne à l'église de Saint-Saphorin sa silhouette très particulière, unique au Pays de Vaud.

Au cours de la construction de la nef, on incorpora à l'édifice la pierre milliaire romaine datée de l'an 53, qui constitue la base d'une des colonnes de l'entrée.

 

 

Source : Saint-Saphorin en Lavaux, Relais romain-boug médiéval, Richard Paquier, éditions de l’Aire

Histoire de la Paroisse de Saint-Saphorin (Lavaux)

La paroisse de Saint-Saphorin remonte à la nuit des temps, ou plus précisément au VIe siècle, quand l'évêque Marius (530-594) fit construire la première église qu'il dédia à Saint Symphorien, natif comme lui d'Autun. Ce n'est que petit à petit que l'église a servi à désigner le village qui l'entourait, et qui s'appelait jusque-là Glerula. Saint-Saphorin a fait partie pendant le Moyen-Age des "Terres de l'évêque"; c'est d'ailleurs le dernier d'entre eux, Sébastien de Montfalcon qui a fait construire l'église actuelle, en 1520. On le voit agenouillé sur le grand vitrail du choeur.

Les circonscriptions religieuses se sont constituées petit à petit pendant le Moyen-Age et c'est vers 1230 que la liste des paroisses du diocèse devient officielles. Saint-Saphorin y figure comme le centre d'une paroisse comprenant Rivaz, le Monteiller, Chexbres, Publoz, Puidoux et Cremières.

Eglise de Saint-Saphorin.jpg

 

A la Réforme (1536), le dernier curé, un nommé Grandchamp, dut s'en aller. Ce sont les pasteurs de Vevey qui ont sans doute présidé le culte durant les premières années; la toute jeune Eglise manquait alors de ministres ! Car ce n'est qu'en 1545 qu'un premier pasteur fut nommé à Saint-Saphorin: Jaques Roliet.

Jusqu'au milieu du 18ème siècle, l'église de Saint-Saphorin est l'église principale de la paroisse, même si un diacre est nommé à Chexbres dès 1688.

La séparation avec Chexbres est consommée en 1734; elle ne fut pas aisée et rencontra beaucoup d'oppositions de la part de Saint-Saphorin, qui perdait un peu de son prestige. Depuis cette date, la paroisse de Rivaz - Saint-Saphorin a vécu un peu plus de 250 ans séparée de Chexbres et de Puidoux.


C'est en effet en l'an 2000 que l' "ancienne paroisse" est à nouveau formée, par la fusion de Saint-Saphorin/Rivaz avec Puidoux/Chexbres; elle reprend également son ancien nom: "paroisse de Saint-Saphorin" et devient l'une des 83 que compte aujourd'hui le canton.

Pour la suite de l'histoire, rendez-vous sur le site internet de la paroisse.

 

Source: Richard Paquier, St-Saphorin en Lavaux. Relais romain – bourg médiéval, Lausanne, Editions de l'Aire, 1981

 

Site officiel de la paroisse de Saint-Saphorin

 


 

Réservation pour un mariage à Saint-Saphorin
 
L’administration communale se charge de la tenue du calendrier des réservations. Vous pouvez le consulter les disponibilités directement sous l’onglet «calendrier».

De plus amples renseignements sont disponibles sur la page "Temple de Saint-Saphorin".

diabolo design // stratégie visuelle